Nous sommes déja au troisième épisode de notre nouvelle rubrique l’interview de l’artisan. J’ai voulu mettre à l’honneur au travers de cette rubrique, des créateurs et créatrices de talents, afin qu’ils partagent leurs expériences, leur vision du métier et qu’ils délivrent quelques conseils pour tous(tes) les créateurs(trices) débutant(es). Merci à eux pour leur collaboration et merci à vous pour votre soutien.

Je laisse donc la parole à, Chimène, notre créatrice du jour.

Je suis Chimène de l’Atelier Elcid, j’ai bientôt 27ans et je vis et travaille à Lille. J’ai réalisé l’ensemble de mes études dans la région, à l’ESAAT Roubaix, j’y ai réalisé un BTS et un diplôme supérieur d’art appliqué en Design Graphique. Je suis également parti une année en Lituanie, à Vilnius dans le cadre du programme Erasmus. Dans mon cas cette année de transition n’était pas diplômante cela m’a permis de prendre du temps pour moi, et de me questionner plus sérieusement sur mes envies et ambitions. Toutes les contraintes et exigences d’un cursus standard ont disparu durant cette année, j’ai pu expérimenter et réaliser des projets qui me correspondait entièrement, affirmer et découvrir de nouvelles pratiques artistiques. Ainsi, j’ai découvert le monde de la reliure et de l’impression artisanale. Par la suite, ces deux univers sont resté ancré dans mon travail graphique.


A la fin de mes études, j’ai de nouveau fait le choix d’une année de transition, à l’image de mon expérience Lituanienne je suis partie un mois en Bolivie à la découverte de ce pays, là bas est né le projet Nousotros. De retour en France le projet à pris la forme d’une exposition et d’un livre, (projet réalisé en duo avec Benoît Dimart) 
Suites à ces expériences personnelles, mon choix d’indépendance et de création d’entreprise a vite pointé le bout de son nez.

Le projet Nousotros terminé, j’ai pris le temps de réfléchir à un concept d’entreprise qui pourrait à la fois combiner mon travail de graphiste, et mes expérimentations en reliure et impressions artisanales. Ainsi, durant 5 mois environs j’ai été accompagné par la BGE (association d’aide à la création d’entreprises) j’y ai bénéficié de formations, et de conseils individuels pour monter le dossier de création, et demander les aides financières nécessaires au démarrage de l’activité. En avril 2016 je devenais officiellement auto-entrepreneur, la première collection de carnet Elcid à vu le jour en juillet.

L’ensemble de mes carnets sont façonnés à la main dans mon petit atelier Lillois, les impressions quant à elles peuvent être artisanale ou numérique en fonction du projet. Les séries sont limités généralement à 50 exemplaires et chaque carnet est numéroté. 
Elcid fonctionne sous forme de collection, je choisis un thème que je développe et expérimente graphiquement, puis lorsque cela me semble aboutit je décline le thème sous forme de carnet de note, de carnet de croquis, et d’une édition particulière, comme une album photo ou un agenda.

Actuellement deux collections ont vu le jour, la première sur la thématique du Cid, m’a permis d’évoquer l’origine du nom Elcid et de travailler sur une oeuvre littéraire loin des thématiques habituelles et un peu trop à la mode. La seconde, Play/Book est fondé sur l’envie de créer un carnet personnalisable et modulable, inspiré des jeux de constructions de notre enfance les carnets sont basés sur un principe de carte à glisser dans la couverture et à personnaliser. Sur cette dernière collection, l’Agenda à connu un franc succès, peut être grâce aux illustrations à colorier à chaque début de mois. La prochaine collection devrait sortir au mois de mars, et prendra des couleurs printanière.

Le plus compliqué lors de la création d’une entreprise me semble être dans un premier temps l’aspect administratif, il existe une multitude d’aides et de possibilités en fonction de notre profil personnel et professionnel. Il est très difficile de s’y retrouver sans aide. Puis vient l’aspect financier, soyons honnête au démarrage d’une activité, il est difficile de se dégager un salaire les premiers mois, et même après quasiment 1 an d’existence je n’ai toujours pas la possibilité d’avoir un salaire décent. Il faut donc compter sur les indemnités, et là encore il faut connaitre toutes les possibilités pour ne pas se retrouver sans rien du jour au lendemain. La question financière est certainement l’obstacle majeur, et l’une des raisons principales à l’abandon d’un projet. Il faut en avoir conscience, créer son entreprise demande un investissement personnel colossal, les heures ne sont pas comptées, le soir, la semaine, le week-end… Il faut être capable de se transformer en couteau suisse : création, communication, vente, démarchage, community manager, comptabilité, gestion de stock, et j’en passe ! Et tout ça sans pour autant obtenir un salaire à la fin du mois. Quoiqu’il en soit, en tenant bon, et ayant foi, on gravis les marches du succès une à une avec le projet sur le dos, et je pense sincèrement que cela vaut le coup. 
Clairement, la qualité numéro 1 du chef d’entreprise c’est, la patience !

Pour cette année 2017, j’aimerai développer les partenariats avec des artistes locaux, j’ai également pour ambition de développer mon activité de graphiste et ainsi trouver un équilibre et des passerelles entre Elcid et des commandes de design graphique.  

A tous ceux qui souhaite se lancer dans l’artisanat : soyez persévérant, ne baisser pas les bras dès les premières difficultés, ayez foi en vos projets et dépassez les obstacles un par un. Pensez aussi à vous entourer, et à communiquer, c’est le cœur du succès !

      

Sa boutique / Sa page facebook / Sa page Instagram / Son blog / Son site internet

Je remercie encore une fois et chaleureusement, Chimène, pour sa participation à cette fabuleuse expérience.

Je tiens juste à préciser qu’il n’y a aucun partenariat entre Artisans 2.0 et les créatrices interviewées pour cette rubrique.

N’hésitez pas à aller visiter la superbe boutique ELCID.