Interview de l’artisan : Rachel Leloup

Bonjour à tous, je suis Rachel Leloup, jeune femme de 28 ans, curieuse et passionnée par beaucoup de choses et notamment par mon métier d’osiéricultrice-vannière !

Je vous propose de m’accompagner quelques minutes pour découvrir mon parcours ! Mais peut-être un petit éclairage sur mon métier avant ça ?

Définition osiéricultrice-vannière : n.f. se dit d’une femme cultivant l’osier (et la joie de vivre) et transformant le fruit de sa récolte en différents volumes tressés communément appelés vanneries.

"Mon premier rapport avec l’osier fût une révélation"

Et maintenant asseyez-vous confortablement, et voilà mon histoire.

Issue d’une famille de paysans, fin 2010, je décide de quitter l’université pour retourner vers mes racines et trouver un métier plus proche de la terre. Je profite alors de l’année en cours pour faire du wwoofing (c’est un concept de voyage à la fois économique, solida§ j jnh jèjbd vb  bre et écologique) et trouver vers quel chemin je veux m’orienter.

Je m’intéresse d’abord au métier de paysan-boulanger et dans une logique d’autonomie totale, je décide d’apprendre à fabriquer des bannetons, corbeille pour faire lever la pâte à pain. Mon premier rapport avec l’osier fût une révélation…

Après mon frère avec la botanique et ma sœur avec le maraîchage, moi aussi je m’oriente vers le végétal et cette fois à travers l’artisanat.

"je pars sur les routes d’Europe, de Russie et de Mongolie..."

Pour apprendre le métier de vannier deux choix s’offrent à moi, l’apprentissage chez un patron ou bien l’école de vannerie en Haute-Marne.

Je choisis d’abord de faire un apprentissage sur deux années dans la dernière coopérative de vanniers en France qui se situe à Villaines-les-Rochers en Touraine. J’ai pu alors bénéficier d’une formation technique très complète et vivre une superbe aventure humaine !!

Après ces deux années, la mouche du voyage m’a piqué et avec mon CAP en poche je pars sur les routes d’Europe, de Russie et de Mongolie pendant quelques mois, pour découvrir l’ailleurs.. Et dans cet ailleurs l’envie du retour se fait sentir, je reviens m’installer en Normandie d’où je suis originaire.

Créer mon activité me fait envie mais je ne me sens pas les épaules à l’époque de le faire seule, alors en avril 2014 je crée mon activité au sein de la Coopérative d’Activité et d’Emploi Crescendo. J’ai la chance d’y être accompagné par une équipe dynamique et de profiter d’un réseau florissant.

Au sein de cette coopérative je suis plusieurs formations et je dispose d’un accompagnement personnalisé, seulement mon activité d’alors est au ralenti, je sens que j’ai besoin de me former à nouveau pour mûrir mon projet.

En septembre 2016 j’intègre un BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Exploitation Agricole) osiériculture- vannerie dans une des deux dernières école de vannerie d’Europe : l’Ecole Nationale d’Osiériculture et de Vannerie (ENOV) de Fayl-Billot en Haute Marne. Cette formation complémentaire me permet non seulement de parfaire mes connaissances en vannerie et en osiériculture mais aussi de faire de la compta, de la gestion et de réfléchir mon projet.

"Je partage mon temps entre la production, les stages, la vente, l’administratif..."

A la fin de cette année de formation, je continue dans ma lancée et intègre une session concepteur-créateur au Cerfav de Vannes-le-Châtel en Meurthe et Moselle.

Pendant cette année l’objectif est de développer un projet design, un projet artistique et un plan d’entreprise viable, projets que je développe au sein de l’atelier de Valérie Testu dans les Vosges.

J’ai fini cette formation en juin 2018, et installe mon atelier en juillet. Et depuis ? Je partage mon temps entre la production, les stages, la vente, l’administratif, la communication !!

Interview de l’artisan : Rachel Leloup 1

"Trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée"

Ce qui plaît le plus en ce moment ces sont les sacs et les cabas, les gens adorent aussi les vanneries en tressage aléatoire et puis il y a toujours des adeptes du grand classique, le panier traditionnelle !

Ce qui est, pour moi, le plus difficile dans l’exercice de mon activité c’est de trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée ; spécifiquement sur la fin d’année, entre septembre et décembre !!

Si j’avais un conseil à me donner pour mes débuts ça serait :

« Ne sois pas que dans la production ! Laisse toi le temps de faire plus de test et de t’ouvrir à d’autres médiums ! »

Je me suis fixée différents objectifs pour 2019, dans divers domaines. En matière de communication, je voudrais créer une newletters rattachée à mon site internet et créer un compte instagram.

Pour ce qui est de la production pure, j’ai différentes idées de gammes à proposer, sac, luminaire, je voudrais également sortir du « panier » et développer des structures plus grande qui se rapprocherait de la micro-architecture.

Un dernier petit mot pour la communauté Artisans 2.0 ! Le réseau est une superbe force et cette communauté en fait partie !!

Interview de l’artisan : Rachel Leloup 2
Interview de l’artisan : Rachel Leloup 3
Interview de l’artisan : Rachel Leloup 4
Interview de l’artisan : Rachel Leloup 5

Je veux me lancer dans l'aventure de la création artisanale

Tu es débutant(e) ? Rassure toi, pour te guider, j’ai crée une série de 4 vidéos gratuites pour t’aider à créer ton activité et vendre tes premiers produits. Clique ici

Je veux plus de clients pour mon activité artisanale

Tu as déja créé ton entreprise ? Parfait ! Voici une série de 3 vidéos gratuites pour enfin transformer ton business créatif en activité rentable. Clique ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *