Comment protéger ses créations de la copie sur internet ? Voila un sujet qui, à juste titre, a fait couler beaucoup d’encre. J’ai eu la chance, d’en apprendre un peu plus sur le plagiat, mais aussi de découvrir une solution concrète à cette problématique qui touche tous les artistes et plus généralement les créateurs. C’est William, CEO de l’entreprise BlockChainYourIp qui va nous éclairer sur le sujet. Je vous laisse découvrir tout cela en lisant la suite…

Petite précision avant de commencer : Cet article n’est pas sponsorisé. Je ne touche aucune commission et ne bénéficie d’aucun avantage suite à la présentation de cet outil. Je mets un point d’honneur à vous présenter des solutions, qui sont à mon sens, utiles dans le cadre de nos activités créatives. Pour plus d’informations, vous pouvez lire ma note sur l’affiliation sur cette page.

Merci à vous et bonne lecture 🙂


Bonjour les Artisans 2.0 et merci à Cédric de m’accueillir sur son blog. Inutile de faire durer le suspense et entrons directement dans le vif du sujet.

J’ai récemment discuté avec un créateur qui m’a assuré qu’il ne vendait plus sur internet de peur de se faire copier. Cela montre à quel point, à l’heure du digital, il est essentiel de protéger ses créations contre la copie. J’aimerais dans un premier temps, revenir sur les notions de base à connaitre sur la propriété intellectuelle. Je vous présenterai dans un second temps, un outil que nous développons chez BlockchainyourIp. Notre solution permet de protéger ses créations de la copie, vous pouvez l’utiliser gratuitement dès aujourd’hui.

Protéger ses créations : les bases

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous…

La bonne nouvelle, c’est que vous vivez dans un des pays du monde qui protège le plus les créateurs. Difficile à croire mais c’est pourtant le cas. Protéger ses créations en France est beaucoup moins compliqué que dans d’autres pays du globe (les Etats-Unis par exemple). En effet, aucune formalité n’est nécessaire pour protéger ses créations. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’article L 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : « L’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. » Vos créations sont donc protégées dès leur matérialisation, c’est-à-dire à partir du moment où elles quittent votre tête pour aller sur le papier (ou tout autre support). Ce système est très avantageux par rapport à celui en place aux Etats-Unis où il faut réaliser un dépôt au copyright office.

Protéger ses créations n’est pas si simple

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il faut que vous arriviez à prouver que votre création est protégeable et que vous êtes le premier à l’avoir réalisé. Concrètement pour que votre création soit protégeable, vous devrez prouver son originalité.

Juridiquement parlant, on va considérer qu’une création est originale dès lors « qu’elle porte l’empreinte de la personnalité de son auteur ». Ne fuyez pas à la lecture de ce concept juridique occulte. Cela signifie simplement que vous devez être capable d’expliquer vos choix artistiques de manière subjective.

Exemple : « J’ai réalisé cette robe verte, parce que c’est la couleur des glaces à la pistache et ça me rappelle quand mon papi m’emmener manger des glaces à la pistache. D’ailleurs vous remarquerez qu’elle est plus large en bas qu’en haut. Un peu comme un cornet de glace à l’envers quoi ! »

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça. Passé ce stade, si vous avez bien fait le travail, tout le monde pleure dans la salle et vous êtes l’heureux titulaire des droits de votre création originale, félicitations !

Protéger ses créations, un parcours du combattant ?

Vous avez passé la première étape, bravo, votre création est originale, certes… Mais qu’est qui me dis que vous en êtes le créateur. Si ça se trouve après tout c’est vous le copieur !

Vous devez désormais prouver votre antériorité. C’est-à-dire que vous devez prouver que votre œuvre était créée à une date antérieure à celle de la copie. C’est la partie la plus complexe.

Il est donc essentiel de prendre des précautions en amont. Vous avez surement déjà entendu parler du constat d’huissier, de l’enveloppe Soleau. Ces méthodes permettent de prouver l’antériorité de votre création.

Le problème de ces méthodes ? Elles n’ont pratiquement pas évolué depuis le début du 20ème siècle… Ces solutions sont couteuses et peu pratiques. De plus, elles dépendent d’une autorité nationale (et sont donc difficilement exploitables à l’étranger) et, elles ne prennent en compte que la création finalisée. Cela peut conduire à créer une période d’insécurité juridique pendant tout le processus de création.

C’est pour cette raison que nous travaillons depuis bientôt un an avec, des avocats, des ingénieurs et des professeurs de droits spécialisés en propriété intellectuelle. Notre but ? Développer un mode de preuve qui répond à ces différentes problématiques et qui démocratise l’accès à la propriété intellectuelle tant par son coût que par sa facilité d’utilisation.

BlockchainyourIp : La solution simple pour protéger ses créations

Merci à Alexis Crémet, l’un de nos « early adopters » qui a accepté de nous laisser illustrer cet article avec des captures d’écrans tirées de son compte.

Plutôt que de vous faire un mode d’emploi sur l’utilisation de notre outil, je vais vous présenter les 4 principaux avantages de notre solution.

On a cassé le chronomètre… mais pas votre porte-monnaie

Vous n’aimez pas remplir des formulaires administratifs interminable ? Ça tombe bien, nous non plus. C’est pour cette raison que nous avons créé la solution la plus simple et la plus rapide pour protéger ses créations sans faire aucune concession sur la validité juridique des preuves. Moins de 45 secondes sont nécessaire !

BlockchainyourIp est actuellement en phase d’expérimentation gratuite, jusqu’à la fin de l’année. L’utilisation de la technologie Blockchain nous permettra à l’issu de cette phase d’offrir la solution de protection là moins cher du marché tout en conservant certaines fonctionnalités gratuite. On est tous d’accord pour dire que pouvoir faire respecter son travail ne devrait pas être un luxe ! 🙂

Reprenez le pouvoir sur vos droits d’auteurs

Bien souvent le processus de création ne se fait pas en un jour, créer une nouvelle bague peut prendre plusieurs semaines, plusieurs mois… C’est pour cette raison que vous pouvez rattacher autant de versions que vous le souhaitez à un projet en cours. Ainsi, vous ne serez plus protégé à postériori, mais dès le premier croquis. Garder la trace de votre processus créatif vous sera également d’une grande utilité. C’est la preuve de votre cheminement créatif et donc de l’originalité de votre création.

Protéger ses créations à l’international

Notre outil repose sur la technologie Blockchain Bitcoin et ne dépend pas d’une autorité nationale. Les preuves générées peuvent donc être utilisées dans tous les pays du monde qui reconnaissent des droits aux créateurs.

Montrez votre détermination à faire respecter vos droits face aux contrefacteurs

Vous pouvez télécharger à tout moment votre certificat d’antériorité. Cela vous donne un solide argument en main pour montrer aux contrefacteurs que vous êtes déterminé à faire respecter vos droits. Vous pourrez ainsi bien souvent obtenir indemnisation sans même avoir à aller jusqu’au procès.

BlockchainyourIp est désormais disponible ! Protéger ses créations n’aura jamais été aussi simple !

Rejoignez-nous en vous inscrivant ici :

Je veux commencer à protéger mes créations GRATUITEMENT !